La Côte d’Ivoire atteint la couverture universelle en moustiquaires imprégnées

La Cote d’Ivoire va finaliser dans quelques semaines une distribution massive de 13 millions de moustiquaires destinée à protéger l’intégralité de la population ivoirienne.

Au cours d’une cérémonie destinée à marquer la 8eme Edition de la journée mondiale contre le paludisme à Abidjan, la Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, le Dr. Raymonde Goudou Coffie, la Secrétaire d’Etat au développement et à la Francophonie, Annick Girardin et Dr Mark Dybul, Directeur exécutif du Fonds mondial ont ensemble souligner l’importance du partenariat et des efforts qui ont permis au pays d’atteindre son objectif.

Cette campagne a été financée par le Fonds mondial à hauteur de 55 millions de dollar américains (28 milliards de francs CFA) et la distribution des moustiquaires rendue possible grâce à l’appui logistique et à l’expertise de l’UNICEF, de l’OMS et de l’ONG Care. Elle a mobilisé 18 500 volontaires.

« Nous sommes en train d’achever la distribution de 13 millions de moustiquaires, cela permet à la Cote d’Ivoire d’atteindre la couverture universelle pour la première fois. C’est un grand pas en avant qui va permettre de sauver des milliers de vies » a déclaré Dr Raymonde Goudou Coffie, ministre de la santé et de la lutte contre le sida. « Les défis que nous avons à relever sont énormes et je reste convaincue qu’il est possible d’éradiquer le paludisme en Côte d’Ivoire en impliquant les communautés dans la lutte contre les gîtes larvaires» a-t-elle ajouté. Tout ceci reste possible avec l’appui constant et apprécié de tous nos partenaires.

Des progrès importants en matière de lutte contre le paludisme ont permis de sauver des millions de vies depuis 2002 mais des ressources additionnelles sont indispensables pour réduire l’incidence du paludisme et contribuer ainsi à la lutte contre la pauvreté et à l’amélioration de la santé maternelle et infantile.

La France contribue à hauteur de 16% aux efforts mondiaux dans la lutte contre la maladie, notamment au travers de ses contributions au Fonds mondial, à l’Agence française de développement, à l’initiative 5% mais aussi via son appui à la recherche scientifique par le biais de l’Institut de Recherche et de développement (IRD) et de l’Institut Pasteur.

« Ebola tue sous les projecteurs et le paludisme tue silencieusement et en masse. A cause d’Ebola, ce sont des centaines de milliers de malades du paludisme qui ont renoncé à se faire soigner depuis un an » a déclaré Annick Girardin, Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie. « La France est un acteur majeur de la lutte contre le paludisme. Aux côtés du Fonds mondial, elle s’engage dans la prévention, la guérison et le renforcement des systèmes de santé, car c’est là le meilleur moyen de lutter efficacement contre ces deux fléaux » a-t-elle souligné.

Le Fonds mondial a investi 232 millions de dollars dans la lutte contre le paludisme depuis 10 ans en Côte d’Ivoire. « Grâce à l’engagement de pays comme la France notre deuxième pays contributeur, le Fonds mondial a pu appuyer les efforts de la Côte d’Ivoire » a déclaré Mark Dybul Directeur exécutif du Fonds mondial. « Ensemble nous devons accomplir encore plus pour éradiquer le paludisme, renforcer les systèmes de santé, protéger les mères et les enfants. Le Fonds mondial y est engagé »

Source: Fonds Mondial